630 jours passé
2 200 000 €
100
Pas à pas, on y arrivera

Le #ChantierHistorique a commencé !

Le #ChantierHistorique a commencé !

Une structure menacée et des ornements détériorés

Les études et diagnostics ont montré un état alarmant de l’escalier. En effet, la structure en grès de l’escalier est menacée par des infiltrations d’eau et le développement de micro-organismes, sous forme de mousses, de lichens et d’algues, qui favorisent l’altération de la pierre. Ces algues donnent à l’escalier sa teinte noire brillante les jours de pluie. Par ailleurs, l’eau retenue dans les pierres entraine leur dissolution, donc la détérioration progressive des parements et des ornements. Les marches reposent depuis 1900 sur une dalle en béton aujourd’hui très fracturée. Enfin, le subtil appareillage de l’escalier est largement masqué par de nombreuses et grossières campagnes de rejointement.
La restauration de l’édifice passera par un travail fondamental de maîtrise de l’eau qui consistera à déposer les marches et à remplacer la dalle de béton par un soubassement véritablement étanche, par une purge systématique des matériaux de restauration néfastes et par un travail fin sur les épidermes. Les marches seront ainsi entièrement démontées afin de consolider et de reprendre l’étanchéité de l’extrados des voûtes.

 

Deux ans de travaux en trois phases

Les travaux ont été scindés en trois phases. La première phase a débuté en septembre 2019 et elle s’est attachée à restaurer les ornements sculptés très endommagés du pavillon central de l’escalier.
La deuxième phase, prévue de février à octobre 2020, permet de lancer les travaux de la terrasse, de la balustrade supérieure et de la galerie située en dessous de l’édifice.
La troisième et dernière phase, qui durera 1 an, achèvera cette spectaculaire rénovation en rendant aux deux volées de marches leur éclat d’origine.
Tout au long du chantier, des restaurateurs et sculpteurs apporteront leur savoir-faire et des entreprises spécialisées mettront en oeuvre des techniques innovantes et adaptées.

 

La phase 1 en détail : des sculptures qui retrouvent tout leur éclat

Point de mire de la façade du château, l’escalier en Fer-à-Cheval est aussi la composante d’un programme décoratif plus vaste destiné à magnifier l’entrée des appartements du souverain.
La phase 1 des travaux s’est concentrée sur l’ornementation sculptée du pavillon central, couronnement de l’escalier. Particulièrement endommagées par les intempéries et des réparations hasardeuses, les sculptures sont dans un état de conservation inquiétant, avec des pertes de matière importantes. La restauration consiste en un nettoyage fin des sculptures, une consolidation des matériaux et des reprises pour combler les manques.
La dédicace en marbre au nom de Charles IX au sommet du pavillon a été déposée. Elle a été restaurée mais elle a été mise en réserve pour des raisons de fragilité. Une copie a été réalisée pour la remplacer.

 

FacebookTwitterEmail